AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Fiche de présentation forum hôpital psy

Aller en bas 
AuteurMessage
Rainbow D.Ashe
Papa Ours
Papa Ours
Rainbow D.Ashe

Âge : 35 ans
Statut : En couple

Fiche de présentation forum hôpital psy Tumblr_ojdesk861v1smfh9io8_400

Autre(s) compte(s) : Touuus
Points : 1464
Messages : 1000
Date d'inscription : 05/04/2014


Fiche de présentation forum hôpital psy Empty
MessageSujet: Fiche de présentation forum hôpital psy   Fiche de présentation forum hôpital psy EmptyJeu 25 Aoû - 3:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Annalise S. Obson
une jolie citation
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
identité : Annalise Sophia Obson surnom : Anna date et lieu de naissance : 12/10/1989 à Tralee, Irlande âge : 27 ans nationalité et origines : Irlandaise situation maritale : Célibataire orientation sexuelle : Bisexuelle occupation : Patiente ancienneté à ostrov island : réponse ici. maladie(s) : Trouble de la personnalité borderline avatar : Rachel Hurd-Wood groupe choisi : Lycoris Sanguine principaux traits de caractère : une dizaine.
i'm not mad, my reality is just different from yours...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ploc. Le rouge profond vient briser la pureté de l'émail une première fois. D'un œil presque admiratif, Anna observe la goutte de sang déferler à toute vitesse pour disparaître dans le tuyau, laissant derrière elle une longue traînée rouge. La plupart des gens ont peur du sang et elle aussi, un peu, mais la seule pensée qui lui vient en ce moment, c'est celle de sa mère. Oh, comme elle sera folle de rage en voyant tout ça, elle qui aime tant que tout soit toujours parfait. Elle va sans doute piquer une crise, au lieu de s'inquiéter pour sa fille, comme elle le fait à chaque fois. Comme elle l'a fait la première fois qu'elle a retrouvé Anna, allongée inconsciente au milieu d'une multitude de plaquettes de médicaments vides, une bouteille de vin blanc et son propre vomis. Cette fois, au moins, la jeune fille a eu la gentillesse de faire ça dans la salle de bain étincelante, ce sera tout de même plus simple à nettoyer. Comme quoi, contrairement à ce que sa mère aime lui répéter, elle n'est pas si égoïste que ça et il lui arrive de penser aux autres !

Ploc. Le sang continue de s'accumuler dans le lavabo, recouvrant presque entièrement le blanc, mais la jeune femme continue quand même. Armée d'une lame tranchante, elle s'entaille le poignet, rouvrant des cicatrices qu'on aperçoit encore sur sa peau diaphane. Égoïste, lâche, émotive. C'est ce qu'on lui répète sans arrêt. Mais ils ne comprennent pas, ils ne savent pas ce que c'est que d'être le vilain petit canard de la famille parfaite. De ne jamais arriver à la cheville de son grand frère, de ne jamais remplir les attentes de ses parents. Ils ne savent pas ce que ça fait d'être sans arrêt rejeté par tout le monde, d'avancer seul sans savoir qui on est vraiment. Et puis, elle n'a rien demandé, elle. Elle n'avait jamais voulu naître, ce sont eux qui ont fait l'erreur d'avoir un deuxième enfant ! Pourquoi serait-ce à elle de payer pour les erreurs des autres ?

Du revers de la main, Anna essuie les larmes qui commencent à couler sur ses joues. Non, la brûlure de la lame ne lui fait rien, en fait elle la sent à peine. Ce qui lui fait vraiment mal, c'est de repenser à tout ça. Ce quotidien insoutenable qu'on la force à vivre. Sa famille n'a pas idée, ils ne savent pas. Tous les jours, elle ment. Cloîtrée dans son petit appartement de Dublin, elle fait semblant d'avoir un travail, des amis, une vie normale. Mais la vérité, c'est qu'elle n'ouvre presque plus les volets depuis des semaines, plongée dans le noir, allongée dans son lit ou plantée devant le miroir de la salle de bain à se regarder jusqu'à en avoir la nausée. Son dernier job minable dans le fast-food du coin, ça fait des mois qu'elle l'a perdu. On l'a virée quand elle n'est pas venue un matin, trop fatiguée après avoir passée la nuit dans une boite, à danser et draguer des inconnus, à abuser de l'alcool et de drogues dont elle n'était même pas certaine de connaître les noms. Elle fout toujours tout en l'air, elle le sait maintenant, une bonne à rien et une irresponsable qui se plonge dans l'excès à la moindre occasion. Mais qu'est-ce qu'elle y peut, elle, si c'est le seul moyen qu'elle a trouvé pour ressentir quelque chose ?

L'alcool, la drogue, le sexe. Trois manières comme tant d'autres de ressentir pour de vrai, de se sentir humaine, réelle. Anna s'y est plongée corps et âme plus d'une fois. Mais elle essaye de changer, vraiment. Évidemment que c'est une mauvaise idée quand on est une jeune femme dans la vingtaine qui vit seule dans une grande ville. Elle l'a appris à ses dépends : on ne peut pas faire confiance à n'importe qui. Mais c'est plus fort qu'elle. Ce sentiment de vide, cette impression de n'être rien, de ne même pas exister parfois. Cette colère et cette frustration qui ne la quittent jamais... Au moins comme ça, elle oublie. Tout ce qu'il faut gérer ensuite, c'est cette culpabilité tout aussi insupportable quand elle réalise qu'elle vient encore de foutre sa vie en l'air, d'agir comme une gamine sans cervelle. Mais même pour ça, elle a trouvé la solution. Les coupures sur ses bras et ses cuisses en sont la preuve. Ça ne suffit pas toujours, malheureusement, mais ça fait du bien. Et ça aussi, ça l'aide à ressentir, alors c'est un autre mal pour un bien, non ?

Mais ce n'est pas par culpabilité qu'elle se mutile ce matin. Elle ne se mutile même pas vraiment, en fait. Non, cette fois, les entailles sur ses poignets ne sont pas horizontales et parallèles. Elle veut en finir et puisque les médicaments n'ont jamais suffit jusqu'à maintenant, peut-être que se vider de son sang marchera cette fois. Dans un excès de bonne volonté, la pauvre Anna a eu l'idée ridicule que se montrer honnête serait une bonne chose. Et comme une idiote, elle a tout balancé à ses parents en arrivant chez eux la veille, pour passer un week-end en famille. La perte de son boulot, le retard de son loyer, son envie de quitter Dublin pour rentrer à la maison quelques temps. Comme s'ils pouvaient comprendre... Il y a eu des cris, des larmes, l'éternelle déception dans le regard de son père. Et le coup de grâce au petit-déjeuner, quand son frère s'est pointé avec sa petite-amie tellement parfaite et qu'ils ont annoncé au reste de la famille qu'ils allaient se marier et que Mademoiselle Perfection attendait un bébé. Une remarque de sa mère comparant la réussite incroyable de l’aîné aux échecs constants d'Annalise et c'en fut trop pour la jeune femme. Elle n'est qu'un poids pour eux, elle le sait bien, elle ne pourra jamais être ce qu'ils attendent d'elle, jamais. Alors pourquoi continuer ? Échouer à chaque fois, c'est trop. Autant en finir maintenant.

Ploc. Il y a du sang partout. Trop de sang. Et sans s'en rendre compte, la jeune femme laisse tomber la lame dans le lavabo, la faisant disparaître dans un flot de vermeil. Elle agrippe sa main tremblante au rebord en marbre. Peut-être que ça va vraiment marcher, cette fois...

Bam. Un bruit sourd venu de l'étage. Inquiète, Eliane pose la tasse de thé qu'elle s'apprêtait à porter à ses lèvres sur la table et tourne un regard étonné vers son mari. « Tu as entendu ça ? » L'homme acquiesce d'un simple signe de la tête. Bien sûr qu'il a entendu, et alors ? Sûrement Annalise qui fait encore n'importe quoi là-haut. Pourtant, la mère de famille repousse sa chaise en arrière et se lève d'un seul coup, quittant le salon sans un regard en arrière, très vite suivi par son fils. Et ensemble, ils montent les escaliers et se précipitent jusqu'à la chambre de la jeune femme. La porte de la salle de bain est entrouverte et puisqu'il n'y a aucune trace d'Anna dans la chambre, c'est tout naturellement qu'ils se dirigent ensemble vers cette porte et qu'ils découvrent enfin le corps encore plus pâle que d'habitude d'Anna.

Cette fois, c'en est trop. C'est la quatrième fois qu'elle leur fait ce coup-là et ça commence à bien faire. La première fois, Eliane s'était dit qu'elle pourrait gérer cette situation toute seule et après un lavage d'estomac à l'hôpital le plus proche, elle avait décidé de ramener sa fille à la maison et de s'occuper personnellement de la remettre sur le droit chemin. Ensuite, il y a eu les centres de convalescences, chics et discrets, presque comme des spas branchés. Mais puisque Anna s'entête à vouloir attirer l'attention, grand bien lui fasse. Une fois sortie du service des urgences, c'est à l'hôpital Ostrov qu'elle ira passer sa convalescence. Au moins là-bas, elle verra ce que ça fait que d'être vraiment malade et avec un peu de chance, elle ne causera plus de problème à sa famille.

pseudo internet
prénom : That's a secret I'll never tell ! âge : 23 ans type de personnage : Inventé.  d'où connais-tu le forum ? comment le trouves-tu ? Je l'ai trouvé en farfouillant sur un top-site et je le trouve vraiment intéressant **  as-tu lu le règlement ? Oui, chef o>  autre chose à dire ? Non, c'est mon dernier mot, Jean-Pierre :hihi: (ok, ok, je sors)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Code:
<t>rachel hurd-wood »</t> <ps>annalise obson</ps>




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Shekh ma shieraki anni

© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
https://theme-lily.forumactif.org
 
Fiche de présentation forum hôpital psy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Partenaire] Pause du week-end : Présentez-nous vos personnages de WoP
» Forum RP
» Les Règles du forum en détails
» Forum chevaliers gris
» [Recherche] Recherche de Brigand pour RP sur un forum annexe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Your Flesh :: I was doing just fine before I met you :: Fiches de présentation-
Sauter vers: